Vous pouvez aussi

me suivre sur : 

© 2018-2020 by Anthony Lamacchia
 
Contact : anthony_lamacchia@gmx.fr
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Mortal Engines de Christian Rivers

De retour de Mortal Engines de Christian Rivers. Le grand ami de Peter Jackson qui a bossé sur presque tous ses films se voit confier les rênes de la nouvelle grosse production des studios WingNut Films. Adaptant le roman de Philip Reeve, parvient-il au même résultat que son mentor avec Le Seigneur des anneaux ?

Alors que le monde tel que nous le connaissons a été détruit par un holocauste nucléaire, l’immense citée mobile de Londres dévastent tout sur son passage afin d’assurer la survie de ses concitoyens. Parmi eux, le jeune Tom Natsworthy rencontre la mystérieuse Hester Shaw alors qu’elle tente d’assassiner l’éminent Thaddeus Valentine. Mais évidemment, tout ne se passe pas comme prévu.

Déjà, le film commence fort avec une introduction bien nerveuse qui nous fait survoler tous les personnages importants dans une course-poursuite bien prenante. Et il en sera de même pour toutes les scènes d’action du film : ça bouge, c’est dynamique, bien rythmé, et proprement monté. Et on a droit à une bande-son faite sur mesure par Junkie XL, le compositeur de Mad Max : Fury Road. Visuellement, c’est aussi très réussi, l’univers steampunk post-apocalyptique est très fidèlement porté à l’écran : c’est immense, fracassant, foisonnant de détails, que ça soit dans les décors, les costumes, le background… C’est un régal pour les yeux et tout le long du film. À ce niveau là, on en a pour notre argent.

Côté scénario, on reste sur du très classique : l’histoire est cousue de fil blanc et malgré un montage solide, aucune surprise ne viendra perturber le fil monotone de l’intrigue, elle-même criblée d’incohérences. À cela s’ajoute des protagonistes peu travaillés, avec certains arcs scénaristiques tout juste abordés et mal agencés. Je pense notamment à Shrike, personnage très intéressant mais trop peu développé, dont le rôle sur la durée se voit facultatif, voire complètement inutile.

Pour résumé, Mortal Engines, graphiquement, c’est la claque, et même l’univers est riche. Mais l’histoire qu’on nous raconte manque de profondeur et de force pour nous donner envie de le revoir ou d’attendre une suite. Mais pour un premier film, ça reste pas mal.