Vous pouvez aussi

me suivre sur : 

© 2018-2020 by Anthony Lamacchia
 
Contact : anthony_lamacchia@gmx.fr
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Kin : Le Commencement de Jonathan & Josh Baker

De retour de Kin : Le Commencement des frères Baker. Les créateurs de Stranger Things profitent sans doute d’être en vogue pour se tourner vers le grand écran avec un film… de science-fiction ? Difficile de fixer un genre à ce long-métrage qui se vante d’être le premier volet d’une saga, annonçant une suite sans avoir au préalable convaincu le public. Inspirés de leur propre court-métrage Bag Man, les frère Baker parviennent-ils avec Kin à atteindre le même niveau que la série Netflix qui les a lancés ? Absolument pas !

Notre héros du jours, Eli, un jeune américain de quatorze ans, découvre dans un bâtiment abandonné une arme surpuissante d’origine inconnue avant de partir à l’aventure avec son grand frère récemment sorti de prison, celui-ci étant poursuivi par des malfrats bien décidés à l’éliminer, tandis que deux mystérieux personnages casqués débarquent d’on ne sait d’où pour récupérer la mystérieuse arme.

J’élude énormément d’éléments d’intrigue pour ceux qui veulent tenter l’expérience de cette course-poursuite déguisée en road-trip mou du genoux. Car au final, c’est tout ce qu’est Kin : une longue balade avec peu d’action, une dynamique faiblarde et des moments d’émotion mal joués. Si le début pouvait s’annoncer prometteur, l’histoire ne passe jamais la seconde, jusqu’aux dernières minutes où des bribes de réponses capillotractées concluent ce « premier épisode » poussif et ennuyeux. Sincèrement, Kin Le Commencement, comme son nom l’indique, a tout d’un pilote dont l’action aurait pu être condensée en quarante-cinq minutes au lieu d’une heure quarante. L’écriture elle-même ressemble à un premier épisode qu’on aurait étiré pour le forcer à entrer dans un format qui ne lui correspond pas. Il en résulte donc une production sans consistance, avec une réalisation sommaire, un flingue classe et la musique de Mogwai qui, même si elle n’est pas la meilleure du groupe, apporte un tant soit peu de cachet aux ellipses d’un film qui fait bailler ses spectateurs.

En espérant que les frères Baker se concentrent plus sur la prochaine saison de Stranger Things plutôt que la suite de Kin.