Vous pouvez aussi

me suivre sur : 

© 2018-2020 by Anthony Lamacchia
 
Contact : anthony_lamacchia@gmx.fr
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

H.H. Ewers - Dans l'épouvante

Mis à jour : 14 juil 2018

Il y a de cela quelques temps, une collègue s’est débarrassée de plusieurs de ses livres et parmi ceux-là se trouvait un bouquin à la couverture noire, d’un auteur qui m’était totalement inconnu mais au titre très attirant : Dans l’épouvante. Faisant quelques recherches, j’apprends que le bonhomme, Hanns Heinz Ewers (1871-1943), est Allemand, qu’il a pas mal voyagé, qu’il est auteur de nouvelles et de romans fantastiques et qu’il a fricoté avec les nazis avant de se les mettre à dos. Dans l’épouvante est un recueil de nouvelles paru en 1907 et qui a apparement eu beaucoup de succès. Pas étonnant vu le talent de l’artiste : une écriture efficace et limpide nous raconte des histoires où se mêlent la féerie et le gothique. La jeune fille blanche, le coeur des rois, la Mamaloi… n’ont rien à envier aux histoires extraordinaires d’Edgar Poe. On y parle de vaudou, de meurtres horribles et de fantômes. J’ai vraiment était happé par l’ambiance malsaine qu’arrivait à dépeindre Ewers, sa fascination pour le sang, cette façon qu’il avait de lentement faire arriver l’horreur dans ses récits. Il faisait même preuve d’un humour noir et corrosif, le Juif mort en étant sa meilleure démonstration. Mais le texte qui m’a le plus marqué est le coeur des rois où un peintre haïssant la famille royale d’Orléans, s’empare des coeurs des rois momifiés pour en faire d’excellentes couleurs afin de peindre d’effroyables tableaux et se venger de cette monarchie, utilisant même les restes comme tabac :


« — Et vous fîtes des couleurs avec les coeurs ?

— Oui, naturellement. C’est la seule chose à quoi peut servir un coeur de roi. Non, j’exagère : comme tabac à priser, c’est excellent aussi. Mais je vous en prie, servez-vous donc de ce Henri IV et François Ier. »


Hanns Heinz Ewers - Dans l’épouvante , édition Christian Bourgois, 1970.


Je ne serais donc trop conseillé ce recueil et même ces autres textes comme Mandragore, à tous les férues de littérature gothique allemande, ou même aux amateurs de fantastique et d’horreur, car Ewers fait selon moi partie de ces auteurs de contes qui lentement sombrent dans l’oubli, alors que leur style et leur talent semblent inaltérables.