Vous pouvez aussi

me suivre sur : 

© 2018-2020 by Anthony Lamacchia
 
Contact : anthony_lamacchia@gmx.fr
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Captain Marvel de Anna Boden & Ryan Fleck

De retour de Captain Marvel de Anna Boden & Ryan Fleck. Un mois avant l’arrivée du quatrième film Avengers, les studios Marvel nous présentent la fameuse super-héroïne qui défiera Thanos en avril. Brie Larson se voit confier la lourde tâche d’être la première tête d’affiche féminine de l’écurie du regretté Stan Lee, le film lui rendant hommage. Mais outre cette belle attention, le premier long-métrage super-héroïque de l’année est-il à la hauteur de nos attentes qui datent de la fameuse scène post-générique d’Infinity War ?

Vers, une guerrière Kree qui a perdu la mémoire six ans avant le début de l’histoire et possédant un étrange pouvoir, se retrouve sur Terre après avoir échappé aux Skrulls, une race extra-terrestre capable de prendre l’apparence de n’importe qui. Alors que des souvenirs d’une autre vie lui reviennent, Vers, en s’alliant avec le jeune Nick Fury, va tenter d’empêcher les Skrulls de mettre la main sur une mystérieuse et puissante source d’énergie.

Autant le dire tout de suite : rien n’est bon dans ce film ! Le scénario est paresseux et ronflant, impossible de ne pas se dire que cette histoire a été écrite à l’arrache pour justifier la rencontre entre Carole Danvers et Nick Fury, futur chef du SHIELD, et permettre de faire le pont entre les deux derniers Avengers. La relation entre les deux personnages n’a aucune consistance, comme les protagonistes eux-mêmes d’ailleurs. Les évènements s’enchaînent maladroitement, les dialogues sont stériles, et l’avènement de cette super-héroïne incroyablement puissante est d’une terrible platitude.

Il y avait pourtant de bonnes idées avec cette recherche d’identité, cette amnésie qui poussait notre héroïne à s’interroger sur sa véritable place dans l’univers, et qui l’aurait aiguillée sur la façon dont elle devrait utiliser ses incommensurables pouvoirs. Mais non, laissons le scénario tout justifier n’importe comment avec ses pauvres twists et ses facilités d’écriture.

Dois-je m’attarder sur les scènes inutiles ? Les incohérences avec ces personnages qui se téléportent au bon endroit au bon moment ? L’humour médiocre que Marvel ne renouvelle même plus ? Les quelques révélations totalement ridicules (la façon dont Fury perd son œil ? Complètement débile). Même les combats n’ont rien d’extraordinaire et sont mous. La puissance de Captain Marvel est… mal dosée : un coup, elle galère, et cinq minutes après, elle détruit un vaisseau spatiale à elle toute seule… Tant d’illogisme fait que le film n’a aucune crédibilité dans ce qu’il essaie de mettre en place. Et pourtant, il dure plus de deux heures le bougre.

Bref, on pouvait attendre de ce Captain Marvel des confrontations épiques, des enjeux digne d’intérêt et des révélations interessantes sur les prémices d’Avengers. Mais le film ne nous offre rien de tout ça et ne nous laissera qu’une amère déception. Même après la scène post-générique qui résume parfaitement le film à elle toute seule.