Vous pouvez aussi

me suivre sur : 

© 2018-2020 by Anthony Lamacchia
 
Contact : anthony_lamacchia@gmx.fr
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Aquaman de James Wan

De retour de Aquaman de James Wan. Le réalisateur de Saw, Insidious et Conjuring 1 & 2, quitte le film d’horreur pour réaliser son premier film de super-héros dans l’écurie DC. Après le très décevant Justice League et le ratage que fut Suicide Squad, difficile de revenir au niveau d’un Wonder Woman. Qu’en est-il alors d’Aquaman ? Et bien, il s’en sort pas mal.

Arthur Curry, fils d’un humble gardien de phare et de la reine de l’Atlantide, est le super-héros Aquaman, mais également l’héritier du trône du roi des mers. Peu désireux de rejoindre la patrie maternelle du fait que ces derniers ait exécuté la daronne pour trahison, il sera bien obligé de revendiquer sa place de roi pour éviter une guerre entre le peuple de la terre et celui des océans. Commence alors sa quête.

Car oui, déjà, ce qu’on peut souligner sur ce film de super-héros… c’est qu’il n’en est pas un. On est plus sur un film d’action aventure loin des codes d'un film tiré d'un comics qu’on n’arrête pas de voir depuis bien des années maintenant. Wonder Woman avait déjà utilisé cette formule et James Wan a bien fait de s’en inspirer, permettant au film d’avoir sa propre identité, même si celle-ci se verra limité par un scénario bancale qui laissera surtout place à l’action.

Et niveau action, on est bien servi. Là aussi, Wan semble piocher un peu partout et même du côté de chez Marvel. De la castagne de Nicole Kidman au début du film jusqu’au combat final, en passant par la course-poursuite en Sicile et la bataille sous-marine : c’est très classe. Niveau cadrage, travelling, plan séquence, chorégraphie, c’est très satisfaisant et bien pêchu. Visuellement aussi, c’est super : les décors, les couleurs, le design des créatures marines, c’est un vrai régal pour les yeux (ne l’ayant pas vu en Imax, je n’ai pas spécialement relevé d’imperfection). Mention spéciale pour les costumes : les armures et les armes des Atlantes envoient du lourd, un peu too much par moment, mais vraiment badass. Même le costume de Black Manta, malgré ses allures de méchant à la Power Rangers, est très fidèle à celui des comics. Et pour la musique, ça tient la route, nous apportant même de grandes envolées épiques… même si c’est parfois un peu exagéré.

Mais alors, qu’est-ce qui ne va pas dans ce film ? Et bien comme d’habitude, ça pèche niveau écriture : entre chasse au trésor, règlements de compte, et assassinats politique, le film est un vrai fourre-tout qui manque de cohésion, avec à la fois des scènes qui trainent inutilement en longueur et d'autres trop vite expédiées. Même si on s’y retrouve, certains éléments d’intrigue s’enchaînent assez maladroitement, donnant par moment au film l’impression de tanguer (désolé, il fallait bien que je fasse un jeu de mot connoté à un moment donné). Mais le pire reste l’écriture des personnages : creux, pas toujours convaincants, clichés et… cet humour balourd qu’on impose à Jason Momoa alourdit un personnage pourtant interprété par un acteur qui a un sacré coffre. Et cette romance de seconde zone, et ces dialogues ridicules… Le pire de ce film reste ces moments sentimentaux niais qui frôlent la pleurnicherie. Nicole Kidman est la seule à apporter de la justesse là-dedans, et presque sans ouvrir la bouche… Pas mal.

Donc, un peu comme ce que j’avais écrit pour Mortal Engines : visuellement et niveau action, on est sur du très bon et le côté chasse au trésor apporte sa petite touche de fraicheur au genre, mais contrairement à la forme, le fond du film de James Wan est un abysse vide et sombre où le peu de bonnes idées ont du mal à briller.